Retour au répertoire

The stability of elementary school contexts from kindergarten to third grade / La stabilité du contexte scolaire de la maternelle à la troisième année.

Référence

Lowenstein, A.M., Wolf, S., Gershoff, E. T., Sexton, H. R., Raver, C. C. et Aber, J. L. (2015). The stability of elementary school contexts from kindergarten to third grade. Journal of School Psychology, 53, 323-335.

RÉSUMÉ

Soulignant que peu d’études ont été menées sur l’évolution du contexte scolaire, le présent ouvrage vise à mesurer la stabilité d’un modèle multidimensionnel de contexte scolaire applicable à la première moitié du primaire. Les données de l’étude proviennent de trois temps de mesure du projet « Early Childhood longitudinal Study » récoltées à partir de questionnaires remplis par les directions d’école. 770 écoles représentatives de la population ont participé à l’enquête. Pour les trois temps de mesure, la grande majorité des répondants étaient des directions d’école dont plus de la moitié de sexe féminin. 

 

Six variables latentes ont été consolidées par une analyse factorielle confirmatoire et une analyse d’équivalence des mesures décrivant les dimensions du contexte scolaire : l’absentéisme des enseignants et des élèves, les pratiques sécuritaires à l’école, les performances scolaires des élèves, les ressources pédagogiques, le climat scolaire positif et la violence à l’école. Les analyses ont aussi fait ressortir 6 covariables significatives : financement public ou privé des écoles, le pourcentage d’élèves provenant de famille à faible revenu, le pourcentage d’élèves de minorité ethnique, la grandeur de l’école, le degré de désorganisation sociale du quartier, et le changement de directeur/directrice depuis la dernière mesure. Les analyses démontrent une forte stabilité des six facteurs dans le temps ; de la maternelle à la troisième année (coefficients standardisés variant entre .87 et .99 la maternelle et entre .71 et .98 en troisième année).

 

Les résultats suggèrent que, selon la perspective des administrateurs, l’expérience scolaire des élèves ne semble pas se démarquer d’une année à l’autre s’ils restent dans la même école. Ces résultats contrastent grandement ceux des études utilisant les données provenant des élèves qui rapportent notamment une perception significativement plus négative de la qualité du contexte scolaire à mesure qu’ils progressent dans le temps (voir Eccles & Roesner, 2009). Cette étude souligne aussi certaines considérations méthodologiques et théoriques face au traitement des données à l’intérieur des analyses qui examinent les liens entre le contexte scolaire et la réussite des scolaire et développementale des élèves. Plusieurs limites sont soulignées dans cette étude, dont la possibilité de biais dû au fait que l’enquête compte seulement la perception des administrateurs. Les auteurs suggèrent que, dans de futures recherches, des observateurs indépendants mesurent les différentes composantes du contexte scolaire.

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation