Retour à l'accueil

Minors and problematic Internet use: Evidence for better prevention

Référence

Rial, A., Golpe, S., Isorna, M., Braña, T., & Gómez, P. (2018). Minors and problematic Internet use: Evidence for better prevention. Computers in Human Behavior, 87, 140–145. https://doi-org.acces.bibl.ulaval.ca/10.1016/j.chb.2018.05.030.

 

Résumé

L'utilisation généralisée des technologies de l’information et de la communication (TIC) est l’un des traits distinctifs de la société du XXIe siècle, ce qui a contribué à la naissance d’une nouvelle préoccupation sociale liée à l’utilisation d’Internet par les adolescents. L’usage abusif d’Internet, des réseaux sociaux et des TIC est aujourd’hui une préoccupation majeure dans le monde de l’éducation.  Au-delà des avantages d’Internet et de l’expansion des TIC pour la société, son utilisation abusive entraîne de nombreux risques. Parmi ceux-ci, l’accès à des contenus xénophobes, racistes, homophobes sexistes, etc. contribue à aggraver certaines attitudes d’intolérance chez les jeunes. Aussi, des preuves empiriques ont lié l'utilisation problématique d'Internet à d'autres comportements à risque relativement fréquents pendant l'adolescence, tels que le jeu pathologique en ligne, la dépendance aux jeux vidéo, les conflits parents-enfants ou même la consommation d'alcool et d'autres drogues. À la lumière de ces constats, la présente étude poursuit trois objectifs complémentaires: (1) présenter données actualisées sur les habitudes d’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux chez les adolescents, en estimant les niveaux d’utilisation problématique d’Internet; (2) analyser la relation entre l'utilisation problématique d’Internet et d'autres comportements à risque; et (3) analyser le poids que certaines variables personnelles (telles que l'impulsivité, l'estime de soi, l'affirmation de soi ou d'autres aptitudes sociales) pourraient avoir comme facteurs pronostiques, dans le but d'orienter l'étude à un niveau préventif.

 

Ainsi, basée sur un échantillon de 3772 adolescents âgés de 12 à 17 ans, cette étude montre que l’utilisation d’Internet et de sites de réseaux sociaux est répandue. En effet les résultats de cette étude montrent des données de base révélatrices : un adolescent sur quatre déclare utiliser Internet plus de 5 heures par jour, 91,9% sont inscrits dans au moins un réseau social et 60,7% en utilisent trois ou plus. Ensuite, 18,2% de l’échantillon pourraient être considérés comme des utilisateurs problématiques. En d’autres termes, leur utilisation d’Internet et des réseaux sociaux interfère avec leur vie quotidienne à un degré élevé. De plus, il a également été prouvé que l'utilisation problématique d'Internet n'est pas un phénomène isolé, mais elle est également liée à de nombreux comportements à risque. Cette corrélation est d’abord une source primaire de conflit au niveau familial ; 42,7% des adolescents rapportent des disputes fréquentes avec leurs parents en raison de leur utilisation d'Internet ou de leur téléphone portable. L'utilisation problématique est également liée à des taux plus élevés de sextage, de cyberintimidation, de contacts avec des étrangers et de jeux en ligne. La relation constatée entre le fait de contacter des étrangers et l'utilisation problématique d'Internet est particulièrement préoccupante : près de 60% des utilisateurs d'Internet problématiques le font et 3 personnes sur 10 rencontrent en fait des personnes contactées en ligne. Ces résultats soulignent la nécessité de s'appuyer sur une approche transversale de la prévention, fondée sur des valeurs et une éducation à la vie active.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène,
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation