Retour au répertoire

Victimisation et climat scolaire au collège : les vestiaires d’éducation physique et sportive

Référence

Joing, I., & Vors, O. (2015). Victimisation et climat scolaire au collège : les vestiaires d’éducation physique et sportive. Déviance et Société, 39(1), 51-71.

Résumé

Dans cette étude, une focalisation sur les vestiaires permet d’examiner un lieu singulier qui échappe la plupart du temps au regard et à la vigilance de l’adulte en milieu scolaire. L’objet de ce travail était de proposer une approche spatiale du bien-être à l’école sur la base d’une enquête de victimisation et de climat scolaire. 1049 élèves (540 filles) issus de 13 collèges publics et privés ont participé à l’étude.

 

De manière générale, les résultats montrent qu’il y a bien des lieux de tensions au sein de l’espace scolaire selon le point de vue des élèves : la cour de récréation et les abords de l’établissement semblent en effet souffrir d’un niveau de violence élevé ; à l’inverse, certains lieux semblent plus préservés (sans toutefois en être dénués) : les salles de cours ou encore les toilettes du collège sont des espaces considérés comme relativement non violents. Selon les résultats obtenus, les vestiaires ne semblent pas être perçus par les élèves comme un lieu spécifiquement violent toutefois, les résultats issus de l’enquête de victimisation révèlent qu’ils constituent un lieu propice à la manifestation de certaines violences. Dans un premier temps, les moqueries semblent se pratiquer régulièrement dans ce lieu (40,3 % des élèves de notre échantillon ont déjà subi ce type d’incident), et ce d’autant plus chez les garçons. D’autre part, les actions de voler ou de cacher des affaires semblent être couramment pratiquées par les élèves dans les vestiaires (32,6 % déclarent avoir déjà été victimes d’affaires cachées et 20,7 % d’affaires volées); les vestiaires semblent être un foyer propice au déclenchement des bagarres collectives (24,5 % des élèves interrogés). Enfin, 16,4 % des élèves déclarent avoir déjà souffert d’une intrusion de personnes (voyeurisme) dans les vestiaires. Pour 38 % des répondants, l’absence relative de l’adulte dans les vestiaires augmente un sentiment d’insécurité.

 

Pour conclure, les auteurs indiquent que des réflexions et des interventions sur l’environnement scolaire sont envisageables pour limiter ces incidents ; l’aménagement des lieux peut notamment être repensé. Pour les recherches futures, il serait intéressant de compléter cette étude par une approche plus qualitative permettant d’interroger les stratégies que les différents acteurs (enseignants et élèves) mettent en place pour limiter ou éviter l’apparition des victimisations dans ces lieux spécifiques.

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation