Retour au répertoire

L’intervention en contexte de cyberintimidation : les pratiques des enseignants

Référence

Roy, É. M. & Beaumont, C. (2013). L’intervention en contexte de cyberintimidation : les pratiques des enseignants. Enfance en difficulté, 2, 85-109. DOI: 10.7202/1016248ar.

Résumé

La cyberintimidation est une forme d’intimidation à laquelle de plus en plus de jeunes sont exposés. Elle est définie comme une forme d’agression intentionnelle perpétrée à l’aide des nouvelles technologies (internet ou téléphonie cellulaire) et peut prendre la forme de messages blessants, vulgaires, moqueurs ou menaçants et provoquer chez les victimes un haut niveau d’anxiété, la crainte de se rendre à l’école et des difficultés de concentration. À plus long terme, cette forme d’intimidation peut même affecter les habiletés des victimes à se faire des amis et leur causer du stress, des symptômes de dépression et des pensées suicidaires. La gravité des conséquences de cette nouvelle forme de violence invite les chercheurs à en étudier les différentes facettes afin de mieux orienter le personnel scolaire vers des interventions éducatives appropriées. L’objectif poursuivi par les auteurs est de présenter les résultats d’une recherche qualitative pour mieux comprendre comment les enseignants interviennent auprès des jeunes qui ont des comportements de cyberintimidation.

 

Dix enseignants de deux écoles secondaires et d’une école primaire du Nouveau-Brunswick ont participé à cette étude. Ces enseignants ont à leur charge au moins un groupe d’élèves de 7e, 8e ou de 9e  année, donc âgés de 12 à 15 ans. À la lumière des résultats obtenus dans le cadre de cette étude, les auteurs ont créé un modèle en quatre étapes pour intervenir auprès des élèves qui pratiquent la cyberintimidation : 1) la prévention, 2) l’éducation, 3) la sanction ou les conséquences, et 4) le suivi.

 

Parmi les principaux points relevés dans la conclusion, les auteurs mentionnent que les enseignants choisissent davantage leurs interventions en fonction des antécédents comportementaux de l’élève que de la gravité du comportement de cyberintimidation. En autre, ils attribuent les chances de réussite des interventions au niveau de coopération et d’ouverture des élèves plus qu’à la qualité de leurs propres actions. Plusieurs considèrent aussi manquer de moyens pour faire face au phénomène de la cyberintimidation et croient que leur efficacité dans l’action pourrait être accrue si une formation initiale les préparait mieux à intervenir dans ce type de situation. Enfin, selon Roy et Beaumont, le nouveau modèle d’intervention proposé peut guider les enseignants relativement aux mesures à prendre selon l’ampleur des gestes de cyberintimidation posés, mais aussi leur permettre d’articuler leur programme d’intervention en fonction d’étapes potentiellement efficaces.

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation