Retour au répertoire

Cyberbullying myths and realities / Mythes et réalités de la cyberintimidation

Référence

Sabella, R.A., Patchin, J.W., & Hinduja, S. (2013). Cyberbullying myths and realities. Computers in Human Behavior, 29 (6); 2703-2711. http://dx.doi.org/10.1016/j.chb.2013.06.040

Résumé

Beaucoup de mythes et des conceptions erronées circulent au sujet de la cyberintimidation. Ces croyances peuvent conduire à de mauvaises décisions, à l’adoption d’attitudes, de stratégies d’intervention ou de programmes n’ayant pas suivi une évaluation rigoureuse. Cette étude avait tout d’abord comme objectif de repérer les croyances erronées en matière de cyberintimidation les plus véhiculées par les médias ou par les enseignants et les élèves que les chercheurs ont rencontrés dans un contexte de formation. Une revue de la littérature scientifique a permis aux auteurs d’identifier les effets négatifs des croyances erronées et de proposer des actions efficaces pour réduire la cyberintimidation et ses effets. 

 

Les mythes et les conceptions les plus souvent repérés sont : 1) tout le monde sait ce qu’est la cyberintimidation; 2) la cyberintimidation est un phénomène épidémique; 3) la cyberintimidation cause le suicide; 4) la cyberintimidation est plus fréquente que l’intimidation traditionnelle; 5) la cyberintimidation est un rite de passage, quelque chose que tout le monde subit tout comme l’intimidation; 6) les cyberagresseurs sont des personnes méchantes et marginales; 7) pour mettre un terme aux cyberagressions, il suffit de débrancher son ordinateur ou son cellulaire. Cependant, la littérature scientifique consultée pour vérifier le bien-fondé de chacune de ces croyances permet de réaliser, entre autres choses, que la définition de cyberintimidation ne fait pas l’unanimité, et ce, même parmi les experts. De plus, comme les moyens de communication électronique évoluent, la définition devra également évoluer. Aussi, une intervention efficace des enseignants consiste à aider leurs élèves à reconnaître ce qu’est la cyberintimidation en leur présentant des exemples, des scénarios et par des jeux de rôles. Par ailleurs, la propagation de l’idée d’épidémie est nuisible, car elle contribue à rendre la cyberintimidation plus acceptable. De même, la croyance que la cyberintimidation cause le suicide est supportée par la confusion entre corrélation et cause. Selon les auteurs, aucune étude n’a encore prouvé la relation causale bien que la cyberintimidation constitue un des facteurs de risque.

 

Parmi les recommandations faites par les chercheurs, il est mentionné qu’il est important que l’école possède une politique claire et bien connue au sujet de la cyberintimidation, et ce, afin de se protéger des poursuites légales. Une politique anti cyberintimidation devrait aussi contenir un programme de prévention et une évaluation annuelle de son efficacité. D’autres recommandations concernent 1) la formation continue des adultes (enseignants, personnel professionnel, parents, etc.) au sujet des nouvelles technologies et des manières dont les enfants et les adolescents les utilisent, 2) l’acquisition de compétences par les élèves afin de les aider à connaitre les conséquences personnelles et légales de la cyberintimidation, et 3) l’offre de services adaptés aux agresseurs et aux victimes tels que; Reality Therapy (RT), Rational Emotive Behavioral Therapy (REBT).

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation