Retour au répertoire

Defining campus violence: A phenomenological analysis of community stakeholder perspectives / Définir la violence sur les campus: Une analyse phénoménologique des perspectives des parties prenantes de la communauté

Référence

 

Consulter la version complète de l'article (en anglais uniquement) à :

 

Mayhew, M.J., Caldwell, R.J. & Grey Goldman, E. (2011). Defining campus violence: A phenomenological analysis of community stakeholder perspectives. Journal of College Student Development, 52(3), 253-269. DOI: 10.1353/csd.2011.0045.

Résumé

Les manifestations de violence en milieu universitaire sont peu connues, entre autres parce qu’elles sont peu signalées par les victimes et que peu de recherches y sont consacrées. Les chercheurs ont réalisé la première phase de compréhension du phénomène de la violence sur un campus d’une université du sud-est des États-Unis sur lequel deux meurtres avaient été commis récemment.

 

Une étude phénoménologique comportant une analyse sociolinguistique des propos recueillis auprès de personnes interviewées ainsi qu’une revue de littérature ont permis de dégager les principaux éléments d’une définition de violence telle que perçue en milieu universitaire. Les participants sélectionnés, 23 personnes dont 21 étaient membres de la communauté universitaire (13 administrateurs, 4 professeurs, 5 étudiants) et 2 de la communauté en général ont été interviewés individuellement. Les 15 questions posées permettaient d’explorer la représentation que chacun se faisait de la violence des étudiants sur le campus, leurs caractérisations et leurs réactions devant des étudiants victimes et des étudiants agresseurs, leur conception des facteurs responsables, leurs évaluations des mesures mises en place par l’université et de celles qui leur apparaissent essentielles. Le but de cette étude était d’abord d’approfondir la compréhension du phénomène de violence sur le campus et de montrer, par ce processus de coconstruction, l’avantage de la collaboration entre les différents membres de cette communauté universitaire. L’énoncé retenu collectivement pour décrire l’essence de la violence en milieu universitaire peut être traduit ainsi :

 

La violence sur le campus est toute action contraignante, quelle soit verbale ou physique, qui est faite pour nuire ou dans le but de nuire. Elle peut cibler une personne, un groupe, la communauté universitaire ou une de ses constituantes. L’acte violent ne fait pas que nuire, mais il a aussi souvent pour conséquence de réduire au silence ou d’enlever le pouvoir d’agir à la personne ou à un groupe de personnes. La violence affecte toute la communauté universitaire, qu’elle soit dirigée contre l’institution, ses installations physiques, ses constituantes ou les personnes (p. 264).

 

La recherche a permis de proposer quelques pistes à emprunter afin de contrer la violence sur le campus. Tout d’abord, les chercheurs recommandent à chaque université de reproduire leur recherche afin d’obtenir une définition de violence en fonction de leur historique propre. D’autre part, ils soulignent que le travail des experts en prévention de la violence permettra de qualifier et de quantifier les actes de violence sur le campus (agression sexuelle, viol, meurtre, bagarre, harcèlement, agression verbale, coercition psychologique, etc.). Les résultats obtenus par ces expertises permettront d’identifier les pratiques efficaces et guideront les décideurs dans la révision des politiques, des programmes de préventions et des protocoles d’interventions. Toutes les formes de violence devront être prises en considération : les plus anciennes déjà connues (ex. : harcèlement et intimidation) de même que celles apparues récemment (ex. : cyberagression). Une équipe d’intervention composée des représentants des différents groupes de l’université devrait assurer la coordination entre les mesures pour prévenir et contrer le phénomène, ce qui permettra d’apporter une réponse rapide et appropriée aux manifestations de toutes formes de violence en milieu universitaire.

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation