Retour au répertoire

Prospective associations between televiewing at toddlerhood and later self-reported social impairment at middle school in a Canadian longitudinal cohort born in 1997/1998/ Associations potentielles entre le temps passé devant la télévision durant la petite enfance et les déficits d’habiletés sociales auto-rapportées en début d’école secondaire dans une étude canadienne longitudinale menée auprès d’une cohorte d’enfants nés en 1997/1998

Référence

Pagani, L. S., Lévesque-Seck, F., & Fitzpatrick, C. (2016). Prospective associations between televiewing at toddlerhood and later self-reported social impairment at middle school in a Canadian longitudinal cohort born in 1997/1998. Psychological Medicine, 46(16), 3329-3337. doi:10.1017/S0033291716001689.

Résumé

D’après l’American Academy of Pediatrics, le temps quotidien passé devant la télévision devrait se limiter à 2 heures pour les enfants de deux ans et plus. Ils précisent que la qualité du contenu doit également correspondre à un niveau développemental adéquat. En effet, des recherches ont démontré des liens entre le nombre d’heures passées devant la télévision durant la petite enfance et les difficultés dans les relations interpersonnelles, entre autres la victimisation à l’école et le retrait social, avant le début de l’adolescence. De plus, il existe des liens entre des relations interpersonnelles inadéquates à l’adolescence et des problèmes en santé mentale et physique ainsi que l’inadaptation socioéconomique à l’âge adulte (par exemple, le décrochage et le chômage). Malgré l’importance des conséquences associées au temps passé devant la télévision, la plupart des parents semblent peu s’en préoccuper ou n’en connaissent pas les dangers.

 

La présente étude vise à examiner les associations linéaires potentielles à l’aide d’analyses de régressions multiples entre les indicateurs de déficits sociaux à 13 ans (victimisation, isolation, comportements agressifs et antisociaux) et le nombre d’heures passées devant la télévision à 2 ans pour le même sujet. L’échantillon se compose de 2837 enfants québécois nés en 1997-1998. Les données concernant le nombre d’heures passées devant la télévision à 2 ans ont été recueillies auprès des parents et les données concernant l’ajustement social à 13 ans ont été fournies par les jeunes.

 

Les résultats obtenus montrent que chaque heure additionnelle passée devant la télévision correspond, à l’âge de 13 ans, à une augmentation : de 11% des risques de victimisation par les pairs, de 10% des risques d’isolement social, de 9% des risques d’adopter des comportements agressifs, de 6% des risques de comportements antisociaux. Les chercheurs ont contrôlé les variables associées à des conditions préexistantes et aux facteurs familiaux susceptibles d’influencer les résultats. Ces résultats montrent l’importance pour les parents de s’intéresser plus étroitement aux activités de leurs enfants et de mieux les superviser. Afin de développer le plein potentiel de leurs enfants, les parents doivent s’assurer que suffisamment de temps est alloué au développement des habiletés cognitives, émotionnelles et sociales.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène