Retour au répertoire

Depressive symptoms, social support, and violence exposure among urban youth : A longitudinal study of resilience.

Référence

Eisman, A. B., Stoddard, S. A., Heinze, J., Caldwell, C. H. et Zimmerman, M. A. (2015). Depressive symptoms, social support, and violence exposure among urban youth : A longitudinal study of resilience. Developmental Psychology, 51(9), 1307-1316.

 

RÉSUMÉ

La présence de symptômes dépressifs à l’adolescence est un problème réel. Ces symptômes tendent à augmenter entre le début et le milieu de l’adolescence et déclinent ensuite vers la fin de cette période. Certains facteurs de risque, tels que l’exposition à la violence, influencent la trajectoire de la symptomatologie dépressive à travers cette période charnière de la vie. Or, le support social, dont celui de la mère et des pairs, peut contribuer à la réduction des risques de dépression, malgré l’exposition à certains facteurs exacerbant cette condition. La présente recherche s’attarde à l’influence de l’exposition de la violence (dans la famille et dans la communauté) et à celle du support familial et des pairs sur le risque de symptômes dépressifs à l’adolescence dans une perspective longitudinale. C’est auprès de 824 élèves du secondaire (52% filles) au Michigan (États-Unis) que cette étude a été effectuée sur une période de 4 ans. Les résultats, suite à la modélisation des trajectoires des symptômes dépressifs vécus pendant l’adolescence et l’examen de l’influence des facteurs étudiés, révèlent que l’exposition à la violence (famille et communauté) dans un contexte développemental contribue au risque de dépression. Un modèle compensatoire de résilience est aussi démontré, suggérant que l’exposition à la violence est associée à l’augmentation de la dépression, mais qu’en contrepartie, le support de la mère a un effet inverse et direct sur la dépression. Ainsi, le support de la mère permet de réduire le risque de symptômes dépressifs même si l’adolescent est exposé à la violence. Toutefois, les résultats ne sont pas concluant quant à la relation entre le support des pairs et la dépression à travers le temps. Certaines caractéristiques sociodémographiques entrent aussi en jeu dans la compréhension de ces trajectoires. Des visées d’intervention basées sur l’importance du support familial à l’adolescence pourront aider à réduire les symptômes dépressifs malgré leur exposition à la violence.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène