Retour au répertoire

To tell or not to tell: What influences children’s decisions to report bullying to teachers/ Parler ou ne pas en parler : qu’est-ce qui influence les décisions des enfants de dénoncer l’intimidation à leurs enseignants

Référence

Cortes, K. I., & Kochenderfer-Ladd, B. (2014). To tell or not to tell: What influences children’s decisions to report bullying to teachers. In D. Espelage and S. Low (Guest Eds.). School Climate, Aggression, Peer Victimization and Bully Perpetration. [Special issue]. School Psychology Quarterly, 29, 336-348.

Résumé

Les enseignants sont parmi les principaux agents pour créer et maintenir un climat positif en classe et pour promouvoir les relations interpersonnelles saines avec, et entre, les élèves. Dans cette étude, il a été avancé que la volonté des élèves de signaler l’intimidation à leurs enseignants est un indicateur de la qualité du climat de classe que ces derniers ont réussi à créer. Les données ont été recueillies auprès de 278 élèves âgés entre 8 et 10 ans (135 garçons; 152 filles) de diverses origines ethniques (46,4% hispanophones, 43,5% blancs; 10,2% noirs et autres).

 

Les résultats sont cohérents avec la prémisse initiale. L’analyse de données montre que les classes caractérisées par une plus grande volonté de signalement affichent des niveaux plus faibles de victimisation. Au contraire, les classes où la pratique de dénonciation se fait rare présentent une plus grande fréquence de victimisation. Comparativement aux garçons, les filles seraient plus enclines à favoriser le signalement. Ceci est probablement dû au fait que la recherche de soutien social est plus socialement acceptée chez les filles que chez les garçons; ces derniers sont censés se défendre et de faire face de façon autonome à cette problématique. Selon Cortes et Kochenderfer-Ladd, il s’avère donc pertinent d’identifier davantage des stratégies d’intervention alternatives pouvant être plus efficaces pour les garçons. Pour terminer, les auteurs mentionnent que l’enseignant a l’obligation morale de veiller à la sécurité et au bien-être de tous les élèves de sa classe. Les croyances des élèves que les enseignants jouent un rôle actif dans la prévention et la gestion de l’intimidation à l’école seraient alors en lien avec une plus grande volonté de la part des élèves de signaler les actes d’intimidation en milieu scolaire.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène