Retour au répertoire

Teachers’ victimization-related beliefs and strategies: associations with students’ aggressive behavior and peer victimization/Les croyances des enseignants concernant la victimisation et leurs stratégies d’intervention : liens avec le comportement agressif des élèves et la victimisation par les pairs

Référence

 

Consulter la version complète de l'article (en anglais uniquement) à :

 

Troop-Gordon, W., & Ladd, G. W. (2015). Teachers’ victimization-related beliefs and strategies: associations with students’ aggressive behavior and peer victimization. Journal of abnormal child psychology, 43(1).45-60. DOI: 10.1007/s10802-013-9840-y.

Résumé

Bien qu’on fasse souvent appel au personnel enseignant pour intervenir en contexte de violence à l’école, on connaît peu quant aux réponses des enseignants lorsqu’il s’agit de faire face à cette problématique et quant à l’influence de leurs croyances sur les stratégies d’intervention qu’ils adoptent. Deux objectifs spécifiques ont été poursuivis dans cette étude : 1) examiner les liens entre les croyances des enseignants et les stratégies d’intervention et 2) déterminer si les croyances et les réponses des enseignants au sujet de la violence à l’école sont associées à la victimisation en milieu scolaire. Les données ont été recueillies auprès de 170 enseignants au primaire (137 femmes; 33 hommes) et 2938 de leurs élèves (1413 filles; 1525 garçons).

 

L’analyse de données indique que les croyances des enseignants concernant la victimisation par les pairs seraient prédictives de leurs efforts pour intervenir face à ce phénomène. Les croyances et la manière dont le personnel enseignant intervient varient en fonctions du sexe des élèves. Les enseignants auraient tendance à attribuer les conduites en fonction des stéréotypes sexuels, c’est-à-dire, les agressions indirectes aux filles et les conduites agressives physiques pour les garçons. De plus, ils percevraient les conduites d’agression indirecte comme étant de gravité moindre que les comportements de violence physique, ce qui pourrait mener les enseignants à être moins enclins à intervenir lorsqu’ils font face à ce type d’agression et plus susceptibles de considérer l'évitement comme une réponse appropriée. Pour Troop-Gordon et Ladd, ces résultats soulignent l’importance de mieux examiner la nature des croyances des enseignants en matière d’intervention et les actions qu’ils entreprennent pour minimiser ou aggraver la victimisation par les pairs.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène