Retour au répertoire

Peer victimisation during adolescence and its impact on depression in early adulthood: prospective cohort study in the United Kingdom/La victimisation par les pairs pendant l’adolescence et son impact sur la dépression au début de l’âge adulte : Étude prospective d’un cohorte au Royaume-Uni

Référence

 

Consulter la version complète de l'article (en anglais uniquement) à :

 

Bowes, L., Joinson, C., Wolkw, D. & Lewis, G. (2015). Peer victimisation during adolescence and its impact on depression in early adulthood: prospective cohort study in the United Kingdom. British Medical Journal, 350. doi: 10.1136/bmj.h2469.

Résumé

L’objectif de l’étude réalisé par Bowes et al., était d’étudier le lien entre la victimisation par les pairs à l'âge de 13 ans et la dépression à 18 ans. Près de 4000 sujets du Royaume-Uni ont participé à l’étude. Selon les résultats obtenus, les adolescents qui sont victimes d'intimidation sont ensuite clairement plus à risque que les autres de souffrir de dépression.

 

Des 683 adolescents qui ont rapporté avoir été intimidés plus d'une fois par semaine, 14,8 % souffraient de dépression à l'âge de 18 ans, contre 7,1 % pour les adolescents qui avaient été intimidés de une à trois fois par semaine. En revanche, seulement 5,5 % des adolescents qui n'avaient jamais été intimidés étaient dépressifs à l'âge de 18 ans. Environ 10% des adolescents intimidés fréquemment ont souffert de dépression pendant plus de deux ans, contre 4,1% pour ceux qui n'ont jamais été intimidés. Même en tenant compte d'autres facteurs qui pourraient avoir une incidence sur la dépression (facteurs personnels, facteurs familiaux), les adolescents intimidés demeuraient deux fois plus susceptibles que les autres d'être dépressifs.

 

Pour ces chercheurs, ces résultats sont cohérents avec l'hypothèse selon laquelle victimisation par les pairs à l'adolescence est associée avec une augmentation du risque de développer une dépression à l’âge adulte. Pour conclure, ces derniers préviennent que l'intimidation pourrait être responsable du tiers des dépressions chez les jeunes adultes, si on réussissait à établir de manière définitive que le premier phénomène est directement responsable du second. 

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène