Retour au répertoire

La violence indirecte : une recension des écrits avec des implications pour le milieu scolaire primaire

Référence

Verlaan, P. & Besnard, T. (2014). La violence indirecte : une recension des écrits avec des implications pour le milieu scolaire primaire. Canadian Journal of Education, 37(2), 1-33.

Résumé

Dans le milieu scolaire, les comportements de violence indirecte sont très répandus. Les élèves qui les adoptent ont appris que cette forme subtile de harcèlement pouvait être particulièrement efficace. Contrairement aux agressions physiques, qui sont facilement visibles et qui attirent l’attention, l’utilisation de comportements d’ostracisme et de médisance entraîne rarement des conséquences de la part des enseignants ou des parents. Or, pour les élèves victimes de ces actes à répétition, les répercussions peuvent être graves. À partir d’une méthodologie des recensions intégratives d’écrits, cet article vise à faire une synthèse des connaissances sur la problématique de la violence indirecte. Trois questions pour le personnel scolaire y ont été abordées : a) Quelle est l’influence de l’âge et du genre des élèves sur le développement et le maintien des conduites de violence indirecte ? b) Quel rôle jouent les perceptions et les actions du personnel scolaire dans le maintien ou la résorption de ces actes ? et c) Quelles sont les méthodes les plus susceptibles de cerner efficacement les actes subtils de cette forme de violence ?

 

 

Des travaux portant sur les distinctions entre les conduites agressives de forme indirecte et celles de forme directe ont révélé qu’elles s’expriment différemment selon l’âge. De fait, la fréquence des agressions physiques et celle des agressions indirectes se modifient substantiellement au cours des différentes périodes de maturation. Quant à l’influence du genre, les résultats des études sont contradictoires à ce sujet. La violence indirecte a surtout été reconnue comme étant une problématique féminine. D’autres études rapportent au contraire que les garçons manifesteraient davantage de comportements de violence indirecte que les filles. En ce qui concerne le rôle du personnel enseignant dans le maintien et la résorption de ces actes, la littérature indique que le personnel scolaire intervient plus fréquemment lorsqu’il y a des conflits impliquant des actes de violence de nature physique et verbale et serait moins proactif face aux conflits impliquant des conduites de violence indirecte. Certains membres du personnel associent ces conduites à une phase normale du développement chez les élèves du primaire. La difficulté de détecter les gestes de violence indirecte pourrait aussi expliquer le fait que le personnel scolaire intervienne plus rarement dans les conflits impliquant de la violence indirecte. Pour terminer, cet article présente les principales méthodes utilisées pour l’évaluation de la violence indirecte soit la nomination par les pairs, le questionnaire à l’enseignant, le questionnaire autorapporté, l’entretien avec les élèves et l’observation directe. L’utilisation de plusieurs méthodes de collecte de données demeure la pratique la plus prometteuse pour repérer les auteurs et les victimes de violence indirecte.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène