Retour au répertoire

Teachers’ Ratings of Childhood Behaviours Predict Adolescent and Adult Crime Among 3016 Males and Females/ L’évaluation des comportements d’enfants par des enseignants prédit le crime chez les adolescents et les adultes parmi 3016 hommes et femmes

Référence

Hodgins, S., Larm, P., Ellenbogen, M. Vitaro, F., & Tremblay, R. (2013). Teachers' Ratings of Childhood Behaviours Predict Adolescent and Adult Crime Among 3016 Males and Females. The Canadien Journal of Psychaitry, 58(3), 143-150.

Résumé

Au primaire, les élèves partagent la plupart de leur temps avec un enseignant unique, dans le même lieu de la classe. Ce denier est donc un témoin privilégié de l’évolution des élèves qui, selon Hodgins et ses collaborateurs, serait en mesure d’évaluer et dépister la délinquance chez certains élèves présentant des difficultés d’ordre comportemental. L’objectif principal de l’étude était d’étudier le lien entre les problèmes de comportement, cotés par des enseignants, à 6 et 10 ans et les condamnations au criminel jusqu'à l'âge de 24 ans chez 1593 hommes et 1423 femmes. Les enseignants participants ont évalué les problèmes de comportement à 6 et 10 ans, et les cotes au-dessus du 90° percentile à chaque âge et pour chaque sexe ont servi à affecter les participants à l'un de groupes suivants : problèmes de conduite (PC), comportements blessants et insensibles (CBI). Les enseignants ont aussi évalué l'agressivité proactive, réactive, indirecte, et verbale à 12 ans. Les casiers judiciaires juvéniles et adultes ont été obtenus.

 

L’analyse des résultats indique que les 3016 enfants évalués de la maternelle jusqu'à la fin du primaire et qui ont obtenu des cotes élevées pour leurs mauvaises conduites à l’école couraient davantage de risques de se retrouver devant un juge au début de l'âge adulte. Plus particulièrement, les garçons présentant des problèmes de comportements à l'âge de six ans étaient quatre fois plus susceptibles d'être condamnés pour des crimes violents (ex. : agression physique) et cinq fois plus à risque d'être déclarés coupables de crimes non violents (ex. : fraude, vol) avant l'âge de 24 ans que ceux qui étaient cotés faiblement quant à ces problèmes par les enseignants. Quant aux filles, elles risquaient cinq fois plus d'être condamnées pour des crimes non violents avant l'âge de 24 ans que celles à qui les enseignants avaient attribué des cotes moins élevées.

 

Pour conclure, les auteurs mentionnent que l’évaluation faite par les enseignants d’écoles primaires peut prédire significativement certaines difficultés d’ordre comportemental à l'âge adulte et fournir des informations sur des comportements particuliers à cibler dans le but de réduire le risque de récidive.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène