Retour au répertoire

Aggressive Forms and Functions on School Playgrounds: Profile Variations in Interaction Styles, Bystander Actions, and Victimization/ Formes et fonctions des comportements agressifs sur la cour de recréation : Variations du profil dans les styles d'interactions, rôle du témoin et victimisation

Référence

Frey, K. S., Newman, J. B., & Onyewuenyi, A. C. (2014). Aggressive Forms and Functions on School Playgrounds: Profile Variations in Interaction Styles, Bystander Actions, and Victimization. Journal of Early Adolescence, 34(3) 285-310.

Résumé

En contexte scolaire, il y a des enfants qui présentent des comportements agressifs et qui sont rejetés par leurs pairs et d'autres qui ne le sont pas. Alors que les jeunes populaires qui ont recours à l’agression peuvent en tirer certains avantages, ceux qui le sont moins seraient plus susceptibles de devenir la cible de violence. Cette étude vise principalement à confirmer ou infirmer les hypothèses suivantes : a) les jeunes manifestant des comportements agressifs de type proactif (agression indirecte) sont très habiles à former et à maintenir des relations de qualité et ont davantage recours à la violence indirecte; b) les élèves qui manifestant des comportements agressifs de type réactif (agression directe) réagissent directement et immédiatement à la provocation, mais agressent rarement de façon indirecte et c) les jeunes qui ont recours à l’agression de type réactif/proactif, sont ceux qui utilisent la violence directe et indirecte pour atteindre la cible.

 

L’échantillon participant à cette étude était composé de 600 élèves américains de la 3e à la 6e année et âgés entre 8 et 13 ans. De façon générale, l’analyse de résultats révèle que les jeunes qui ont un profil de type réactif témoignent d’un niveau faible d’autocontrôle, présentent plus de comportements impulsifs et dérangeants causant davantage le rejet des pairs alors que ceux de type réactif/proactif sont à la fois dominants et une cible fréquente d’agression directe. Les résultats montrent également que les élèves plus jeunes ainsi que les garçons utilisent davantage l’agression directe. Quant à l’agression indirecte, elle est surtout utilisée par les filles. En ce qui concerne les témoins, ils défendent rarement les victimes d’agression, jouent souvent le rôle de témoins actifs et favorisent l’escalade de conduites agressives lorsqu’ils se portent à la défense de l’agresseur. Selon Frey et ses collaborateurs, les témoins ont un rôle majeur à assumer dans de telles situations, ce qui justifie toute l’importance d’accorder une attention particulière aux interventions pour favoriser et stimuler les comportements prosociaux des témoins. Leur implication auprès de la victime et leur collaboration à la suite d’une situation de violence sont déterminantes pour la prévention de la récurrence des situations de violence à l’école.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène