Retour au répertoire

Further Evaluation of Associations Between Attention-Deficit/Hyperactivity and Oppositional Defiant Disorder Symptoms and Bullying-Victimization in Adolescence/ Évaluation approfondie du lien entre le trouble de déficit de l'attention avec hyperactivité, le trouble d'opposition avec provocation et l'intimidation et la victimisation à l'adolescence

Référence

Consulter la version complète de l'article (en anglais uniquement) à :

 

Fite, P. J., Evans, S. C., Cooley, J. L., & Rubens, S. L. (2014). Further Evaluation of Associations Between Attention-Deficit/Hyperactivity and Oppositional Defiant Disorder Symptoms and Bullying-Victimization in Adolescence. Child Psychiatry & Human Development, 44, 32-41. DOI: 10.1007/s10578-013-0376-8.

Résumé

La relation entre les symptômes du trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) et ceux du trouble d’opposition avec provocation (TOP) et l’implication dans des situations d’intimidation comme victime ou agresseurs durant l’adolescence a été étudié à partir d’un échantillon de 173 adolescents latino-américains fréquentant les classes de la 9e à la 12e année d’une école qui reçoit des élèves provenant de milieux défavorisés et à risque de décrochage. Cette école est située dans une grande ville du Midwest des États-Unis. Les questionnaires complétés en ligne par les enseignants pour chaque adolescent ont permis de recueillir des informations au sujet de leurs comportements d’intimidation et de victimisation, physique et relationnelle, de documenter l’affiliation avec des pairs intimidateurs et d’évaluer à l’aide d’une échelle de type Likert, composée de quatre échelons allant de pas du tout à vraiment beaucoup, le niveau d’expression des symptômes reliés au TDAH et au TOP.

 

Parmi les conclusions auxquels les chercheurs sont arrivés, on note que les valeurs élevées des symptômes de TDH/A et de TOP sont positivement associées avec les niveaux élevés de comportements d’intimidation physique et avec la victimisation physique et relationnelle. L’affiliation avec les pairs intimidateurs est aussi positivement associée avec les hauts niveaux de symptômes de ces troubles, et ce, pour les comportements d’intimidation et/ou de victimisation.  Plus spécifiquement, les garçons sont ceux qui présentent les plus hauts taux de TDH/A et de TOP et de victimisation physique comparativement aux filles. Lorsque l’intimidation et la victimisation physique sont contrôlées en fonction du sexe, du niveau scolaire et des niveaux des symptômes, il apparaît que seuls les symptômes de TOP sont positivement associés avec l’intimidation et la victimisation physique. Ces derniers symptômes sont aussi positivement associés à l’intimidation physique, quelle que soit l’importance de l’affiliation avec les pairs intimidateurs. Alors que chez les garçons qui présentent le TDH/A, un faible niveau d’affiliation avec les pairs délinquants est associé avec un faible niveau de comportement d’intimidation physique, tout comme ceux qui présentent peu de symptômes de TDH/A et qui sont peu affiliés avec des pairs délinquants. Ce qui suggère l’importance de l’affiliation avec les pairs délinquants dans les comportements d’intimidation physique. Les raisons de ces comportements demeurent cependant à éclaircir concluent les chercheurs.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène