Retour au répertoire

Suicidal Adolescents’ Experiences With Bullying Perpetration and Victimization during High School as Risk Factors for Later Depression and Suicidality./ Les adolescents suicidaires et leur expérience d'intimidation et de victimisation à l'école secondaire comme facteur de risque pour de futures dépressions et tendances suicidaires.

Référence

Consulter la version complète de l'article (en anglais uniquement) à :

 

 

Brunstein Klomek, A., Kleinman, M., Altschuler, E., Marrocco, F., Amakawa, L., & Gould, M. S. (2013). Suicidal Adolescents’ Experiences With Bullying Perpetration and Victimization during High School as Risk Factors for Later Depression and Suicidality. Journal of Adolescent Health, 53(1), S37-S42. DOI: org/10.1016/j.jadohealth.2012.12.008.

Résumé

Les facteurs de risque reliés au suicide chez les adolescents sont connus. Cependant, l’étude de Brunstein Klomek et al. (2013) est la première qui examine la relation entre l’implication dans des situations d’intimidation à l’école comme agresseur, victime ou victime/agresseur et les risques de souffrir de dépression, d’éprouver des déficiences fonctionnelles, de développer des problèmes de consommation de drogues et d’avoir des idées suicidaires.

 

L’étude longitudinale a été menée auprès de 238 adolescents âgés entre 13 et 18 ans jugés à risque de suicide. Ces jeunes étaient inscrits dans un programme de 9e à la 12e année dans l’une des neuf écoles de l’état de New York participant à l’étude. Ils manifestaient tous des problèmes de dépression et d’abus de drogues. Parmi eux, 96 adolescents étaient fréquemment impliqués dans des actes d’intimidation à l’école.

 

Les résultats permettent de constater que les adolescents qui ne sont pas impliqués dans des gestes d’intimidation à l’école sont moins à risque deux ans plus tard d’avoir des idées suicidaires, des problèmes d’abus de drogues et des déficiences fonctionnelles en comparaison de ceux qui sont impliqués dans l’intimidation en tant qu’agresseur. Les chercheurs recommandent de porter une attention particulière aux adolescents agresseurs qui montrent aussi des signes de perturbations psychologiques (dépression et comportements suicidaires), car les risques de suicide s’avèrent être plus important chez eux.

 

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène