Retour au répertoire

The moderating role of peer-valued characteristics./ Le rôle modérateur des caractéristiques valorisées par les pairs.

Référence

Knack, J.M., Tsar, V., Vaillancourt, T., Hymel, S., & McDougall, P. (2012). What Protects Rejected Adolescents from Also Being Bullied by Their Peers? The Moderating Role of Peer-Valued Characteristics. Journal of Research on Adolescence, 22(3), 467-479.

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1532-7795.2012.00792.x/full

Résumé

Dans les écrits scientifiques sur les relations entre les pairs, il y a une distinction importante à faire entre la victimisation par les pairs et le rejet par les pairs. Alors que le rejet par les pairs fait référence au fait d’être nettement mal aimé par tout le groupe de pairs (à cause de caractéristiques comportementales telles qu’un faible comportement prosocial, un fort comportement agressif ou perturbateur, un comportement inattentif ou immature, un comportement socialement anxieux ou d’évitement), la victimisation par les pairs se produit lorsqu’une personne est la cible d’agression répétée par des membres spécifiques du groupe de pairs. Les chercheurs ont postulé que les jeunes rejetés sont plus susceptibles d’être pris pour cibles de victimisation par les pairs que les jeunes non rejetés étant donné leur faible statut social et leur manque d’habileté à se défendre.

 

Plus récemment toutefois, des chercheurs ont constaté que ce ne sont pas tous les individus rejetés par leurs pairs qui sont aussi les cibles d’agression. La présente étude explore cette hétérogénéité parmi les adolescents rejetés en examinant les caractéristiques non comportementales qui peuvent expliquer pourquoi certains adolescents rejetés ne sont pas victimisés par leurs pairs.  Une des premières études à examiner le lien entre agression et statut social selon des caractéristiques non comportementales a réalisé un index de huit caractéristiques valorisées par les pairs (PVCs) composé de l’attrait physique, du style d’habillement, de la compétence athlétique, du sens de l’humour, de la quantité de « possessions », de la richesse, de la force physique et des talents ou habilités spéciaux.

                                                            

Les auteurs de cet article ont examiné si ces caractéristiques (PVCs) modéraient la relation entre le rejet par les pairs et la victimisation. Ils ont fait l’hypothèse que les adolescents rejetés qui se classent bien sur le plan des PVCs sont moins identifiés comme des victimes que ceux se classant moins bien. Des élèves canadiens de 6e à 10e année (N = 549) ont ainsi été invités à identifier des pairs victimisés, rejetés, physiquement attirants, riches et performants à l’école et en sports. Comme les auteurs en avaient fait l’hypothèse, chaque PVC modérait la relation entre le rejet par les pairs et la victimisation par les pairs.  Aucune différence de sexe n’a été trouvée. Cette étude démontre les effets modérateurs de caractéristiques et de traits non comportementaux valorisés par les pairs sur la victimisation par les pairs. Les données des auteurs montrent aussi que l’attrait physique et l’habileté athlétique étaient de plus grands modérateurs que l’habileté scolaire ou la richesse des élèves.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène