Retour à l'accueil

Direct and indirect experiences with heterosexism: How slurs impact all students

Référence

Norris, A., McGuire, J. & Stolz, C. (2018) Direct and indirect experiences with heterosexism: How slurs impact all students, Applied Developmental Science, 22:2, 154-167, DOI: 10.1080/10888691.2016.1245101

Résumé

Les étudiants touchés par la discrimination homophobe sont plus enclins à obtenir de faibles résultats scolaires et pourtant, peu d’études ont examiné comment cette discrimination affecte ceux-ci. La présente étude cherche à contribuer aux connaissances sur l’intimidation et les expériences des étudiants en examinant comment les expériences personnelles de discrimination ainsi que la perception de la tolérance des acteurs du milieu scolaire contribuent à la variation des résultats scolaires chez les étudiants universitaires.

 

Cette étude porte un regard sur l’effet des expériences directes et indirectes de l’hétérosexisme sur les sentiments de sécurité et d’appartenance  à partir d’un échantillon de 1 702 étudiants d’une école publique de l’Ouest des États-Unis. L’État et l’Université dans laquelle la recherche a été effectuée ont des politiques qui interdisent expressément la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Les participants sélectionnés étaient très variés pour que toutes les facettes de l’Université soient représentées. Ceux-ci remplissaient un questionnaire en ligne complètement anonyme, comportant trente questions puisées directement de l’Étude nationale et régionale du climat scolaire pour les étudiants LGBT.

 

Les résultats rapportent que les étudiants sexuellement minoritaires (gai, lesbienne, bisexuel et transgenre) sont plus susceptibles d’être cibles et témoins de discrimination. Ils ont aussi rapporté un niveau de sécurité et d’appartenance significativement inférieur. Les analyses de régressions linéaires multiples et hiérarchiques ont révélé que le fait d’être témoin d’actes discriminatoires contribue significativement à diminuer le sentiment de sécurité, d’appartenance et de connectivité parmi les étudiants hétérosexuels. Pour les étudiants sexuellement minoritaires, le fait de subir ou d’être témoin de discrimination n’est pas associé à la variation des résultats scolaires, mais entendre des pairs intervenir pour contrer des insultes à leurs égards est associé à un sentiment d’appartenance accrue. Bref, les perceptions du climat sur le campus sont considérablement associées aux résultats scolaires des étudiants, et ce peu importe l’orientation sexuelle.

 

Les découvertes engendrées par cette recherche montrent que les insultes, les discours de haine et un climat d’intolérance ont un effet sur tous les étudiants, indépendamment du fait qu’ils s’identifient ou non comme un membre du groupe étant stigmatisé. Ces constats devraient motiver les institutions scolaires à considérer comment ils peuvent travailler pour promouvoir et transmettre la tolérance, étant donné que ces actions ont le pouvoir d’améliorer le bien-être de tous les élèves à l’école.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène,
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation