Retour à l'accueil

Trends in School-Related Victimization of Lesbian, Gay, and Bisexual Youths—Massachusetts, 1995–2015/ Tendances de victimisation en contexte scolaire chez les jeunes lesbiennes, gais et bisexuels du Massachusetts de 1995 à 2015

Référence

O’Malley Olsen, E., Vivolo-Kantor, A. M., Kann, L., & Milligan, C. N. (2017). Trends in School-Related Victimization of Lesbian, Gay, and Bisexual Youths—Massachusetts, 1995–2015. American Journal of Public Health, e1-e3. doi:10.2105/AJPH.2017.303761

Résumé

Les écrits montrent clairement que les jeunes lesbiennes, gais et bisexuels (LGB) sont plus fréquemment victimes de violence et d’intimidation à l’école que les jeunes hétérosexuels. Différentes conséquences néfastes sur la santé des jeunes découlent de ce problème. Cependant, il n’existe pas d’étude proposant d’évaluer les tendances de ce phénomène à travers le temps. Pour combler cette lacune, la présente étude vise à comparer la prévalence de la victimisation à l’école chez les jeunes de deux groupes, soit les jeunes lesbiennes, gais et bisexuels (LGB) et les jeunes hétérosexuels. Depuis les années 1990, les écrits dans ce domaine font état d’une acceptation sociale plus grande à l’égard des jeunes LGB et d’un climat plus positif dans les écoles.

 

Les chercheurs ont utilisé les données provenant de sondages bisannuels menés au Massachusetts de 1995 à 2015 auprès d’échantillons représentatifs de jeunes de la 9e à la 12e année. Des analyses de régression logistique ont été effectuées afin d’observer les tendances pour la période indiquée.

 

Les résultats montrent une diminution de l’absentéisme scolaire motivé par des menaces à la sécurité pour tous les étudiants de 5,6% à 4,8% qu’ils soient hétérosexuels (de 4,3% à 3,8%) ou LGB (de 25% à 13,4%); une diminution de la fréquence de victimisation par voie de menaces pour tous les étudiants (7,8% à 4,1%), qu’ils soient hétérosexuels (de 6,5% à 3,5%) ou LGB (de 32,9% à 6,7%). Toutefois, il est à noter que les comportements d’intimidation rapportés à l’endroit des jeunes LGB et se produisant sur la propriété même de l’école sont restés stables pendant les années sélectionnées pour cette étude.

 

Les auteurs attirent l’attention sur le déclin prononcé de la victimisation liée au contexte scolaire chez les jeunes LGB et mentionnent que des actions supplémentaires pourraient conduire à l’élimination des différences entre les groupes de jeunes LGB et hétérosexuels, et réduire encore plus la victimisation pour l’ensemble des jeunes.

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène