Retour au répertoire

Violence à l’école : Les élèves acteurs du changement

Référence

Blaya, C. (2016). Violence à l’école : Les élèves acteurs du changement. Revue Projet, 3(352), 34-39.

Résumé

Dans cet article théorique abordant l’importance du rôle de l’établissement dans la réduction des violences à l’école et dans l’amélioration du climat scolaire, Blaya aborde particulièrement la problématique de la cyberviolence et mentionne que cette forme de violence a un effet négatif sur le sentiment de bien-être dans la classe et dans l’établissement, notamment au collège et ou lycée. Concernant la cyberviolence, le personnel scolaire aurait encore tendance, selon Blaya, à croire que ce problème ne relève pas de leurs compétences et ne se sent pas suffisamment outillé pour prévenir ou arrêter ce phénomène. Ainsi, il semble pertinent de se questionner sur l’amélioration de cet état de fait tout en réfléchissant à la possibilité d’impliquer davantage les élèves afin de renforcer la confiance avec les adultes dans ce genre d’intervention. En ce sens, l’auteur mentionne la mise en place de « conseils de vie collégienne » visant la responsabilisation des élèves et leur donnant la parole afin d’améliorer les relations adultes/élèves et de mieux comprendre leurs attentes quant aux conditions de vie à l’école. Ainsi, les élèves sont engagés dans une réflexion sur le fonctionnement de leur milieu scolaire et ceci développe un certain sentiment d’appartenance face à leur école, puisque leur parole et leur implication citoyenne sont considérées. C’est ainsi que l’élève devient acteur du changement dans son milieu. À l’intérieur de ces conseils ou de ces comités, les élèves peuvent mettre en place des groupes d’élèves médiateurs pour la résolution de conflits, suggérer un aménagement de la cour de récréation et du temps de pause, etc. Toutefois, Blaya apporte un bémol en nommant quelques éléments pouvant nuire à la belle réalisation de ces projets engagés : l’adhésion essentielle de l’équipe éducative dans le projet, la présence d’une démarche collective et globale, l’écoute, ainsi que la prise en compte des suggestions et propositions des élèves, visant l’empowerment du plus grand nombre de jeunes. Bref, le personnel scolaire doit se retrouver dans une posture d’adulte émancipateur visant la promotion d’interactions sociales constructives pour favoriser un climat respectueux considérant la parole de chacun.

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation