Retour au répertoire

Preliminary investigation of the relation between lunchroom peer acceptance and peer victimization / Enquête préliminaire sur la relation entre l’acceptation par les pairs à la cafétéria et victimisation par les pairs.

Référence

Craig, J. T., Gregus,S. J., Elledge, L. C., Pastrana, F. A., and Cavell, T. A. (2016) Preliminary investigation of the relation between lunchroom peer acceptance and peer victimization. Journal of Applied Developmental Psychology 43, 101–111.

RÉSUMÉ

Cette étude utilise une analyse de covariance ainsi qu’une équation structurelle confirmatoire pour prédire le taux de victimisation par les pairs en lien avec les interactions entre les pairs à l’heure du diner et le degré d’acceptation manifesté, en contrôlant pour les préférences sociales à l’intérieur de la classe.

 

200 élèves de la quatrième année du primaire (53% filles) ont pris part à cette étude. Les préférences sociales et le statut sociométrique a l’intérieur de chaque classe ont été mesurés selon la méthode développée par Asher, et Dodge (1986). De plus, les élèves ont rempli un questionnaire sur les comportements d’acceptation (Lunch Rating Scale) qui permet notamment de mesurer l’indice de popularité de chaque individu au cours de la période du diner. Les élèves et enseignants ont également rempli un questionnaire (Revised Class Play) sur le taux de victimisation par les pairs.

 

Les résultats démontrent que le sexe, la préférence sociale et le niveau d’acceptation par les pairs à l’heure du diner sont tous des prédicteurs significatifs de victimisation par les pairs. Les garçons sont significativement plus perçus comme des victimes. Le modèle prédisant le taux de victimisation selon le niveau d’acceptation par les pairs à l’heure du diner s’est révélé significatif confirmant ainsi que les interactions entre les pairs à l’heure du lunch et le degré d’acceptation manifesté prédit le taux de victimisation par les pairs. Plus particulièrement, les élèves rejetés vivent à un moindre égard les comportements d’acceptation que les autres élèves. Aussi, les élèves victimes de harcèlement par les pairs ont démontré un niveau significativement plus bas d’acceptations par les pairs au cours de la période du diner que leurs pairs non-victimes.

 

 

Cette étude suggère de se pencher davantage sur les expériences sociales des élèves à l’extérieur des classes pour mieux comprendre les dynamiques sous-jacentes à la victimisation.

 

Axe
Axe 1 : Les individus concernés par le phénomène,
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation