Retour au répertoire

Student perceptions of high-security school environments

Référence

Bracy, N.L. (2011) Student Perceptions of High-Security School Environments. Youth & Society, 43(1), 365-395. http://dx.doi.org/10.1177/0044118X10365082

 

Résumé

La surveillance dans les écoles publiques américaines s’est transformée au cours des dernières décennies. Les événements dramatiques provoquant la mort de plusieurs élèves ont conduit les autorités à resserrer la surveillance dans l’objectif d’accroitre la sécurité des lieux.

 

Une enquête ethnographique a permis de cerner les perceptions des élèves au sujet de ces mesures de sécurité et l’impact sur leur sentiment de sécurité. Cent-onze entrevues approfondies ont été menées dans deux high schools publics de deux villes voisines de la région du Mid-Atlantic aux États-Unis. Des élèves, des enseignants, du personnel de direction ainsi que des policiers chargés de la surveillance des lieux et des élèves à l’aide de haute technologie (caméra, carte magnétique, détecteur de métal, etc.) ont été rencontrés de manière aléatoire au cours des deux années qu’a durée l’enquête.  

 

En premier lieu, les résultats de l’enquête confirment que les élèves se sentent en sécurité dans leur école. Cependant, il apparaît que ce n’est pas la présence des policiers et des technologies qui en sont responsables. D’une part, les élèves conçoivent que les écoles sont des lieux à sécuriser. Pour eux, la présence de policiers et des caméras est aussi banale que celle du directeur ou que celles des casiers. Par ailleurs, à leur avis, resserrer les règles et accroitre la surveillance n’amélioreraient pas la sécurité dans leur école. Cette perception indique que l’impact dissuasif ou sécurisant de ces mesures est limité. Par contre, il semble que ce soit l’application des règles de discipline et des sanctions qui sont déterminantes du sentiment de sécurité et de bien-être des élèves. En effet, la perception d’iniquité dans leurs applications génère de la méfiance des élèves envers ceux qui détiennent l’autorité. La perception de double standard selon l’ethnie ou de la complaisance envers certains ainsi que l’absence de procédure d’application constante accroit leurs sentiments d’injustice et de frustration. Ces perceptions se répercutent sur la volonté des élèves de se plier aux règles et les amènent à adopter des comportements d’opposition et de résistance. L’auteure conclut que de simples actions positives qui visent à développer les liens de confiance entre les membres de la communauté scolaire sont de loin plus efficaces pour promouvoir la sécurité à l’école et améliorer le climat de sécurité que l’installation de couteuses technologies de surveillance. 

Axe
Axe 2 : Le milieu scolaire et son organisation